Publié en octobre 2015

Compétences et qualités de l’ingénieur surveillant

Outre les compétences techniques propres au domaine des travaux exécutés, l’ingénieur surveillant doit posséder ou développer les qualités décrites ci-dessous.

Être un habile communicateur

L’ingénieur surveillant des travaux doit, dans un premier temps, informer le maître d’ouvrage de l’évolution des travaux, des décisions prises, des problèmes anticipés, etc., car il est l’interprète des documents contractuels pour le maître d’ouvrage. À ce titre, il rend des décisions sur différents sujets touchant l’exécution des travaux. Il peut être également appelé à communiquer avec le public. Toutes ses communications, tant verbales qu’écrites, doivent être claires, complètes et bien formulées.

Contrôler le projet

L’ingénieur surveillant des travaux exerce l’autorité requise et s’entend avec les différents intervenants dans la mesure du possible. Il maintient de bons canaux de communication entre les différents intervenants afin de prévenir les problèmes susceptibles de nuire à la qualité des travaux et au respect du calendrier.

Pour chaque situation, l’ingénieur surveillant doit être observateur, professionnel et calme. Ces qualités font en sorte qu’il peut être proactif, anticiper les problèmes et reconnaître les situations litigieuses qui surviendront au cours de l’exécution des travaux. Elles l’aideront aussi à affronter des situations difficiles, notamment la pression exercée pour faire avancer un projet, voire l’intimidation.

Savoir négocier

L’ingénieur doit acquérir cette compétence essentielle à la bonne conduite de divers dossiers.

Communiquer efficacement

L’ingénieur consacre une partie importante de son temps à communiquer avec d’autres personnes, et ce, dans une multitude de situations : communications écrites, en travail de groupe, en exerçant une fonction de conseiller, comme gestionnaire, etc.

L’ingénieur traite aussi des renseignements de natures variées (technique, économique, réglementaire, organisationnelle, etc.), dans des conditions parfois difficiles : échéanciers serrés, ressources limitées, etc.

Enfin, l’ingénieur mène ses communications en fonction d’objectifs qui peuvent varier grandement selon la situation. Il peut vouloir trouver de l’information, résoudre un problème, présenter et expliquer une recommandation ou une décision, etc.

Ainsi, pour communiquer efficacement, l’ingénieur doit posséder et utiliser simultanément deux habiletés :

Gérer les relations avec les intervenants

Les relations entre les différents intervenants (entrepreneurs, donneurs d’ouvrages, ingénieurs concepteurs) peuvent être définies dans une politique de gestion des communications incluse dans les mandats et contrats des différents intervenants.

Une saine politique de gestion des communications :

La politique indique donc de quelle façon l’ingénieur surveillant transmettra ses communications et documents aux entrepreneurs, à ses fournisseurs et à ses sous-traitants ainsi qu’à l’ingénieur concepteur et au maître d’ouvrage.

Pour que les travaux se déroulent sans retard, l’ingénieur surveillant et son équipe doivent répondre dans les délais prescrits, et en prenant soin de respecter la politique de communication du projet, à toutes les demandes exprimées par les intervenants du projet.

Gérer les conflits

Dans un contexte de surveillance des travaux, la présence de situations conflictuelles est fort probable. L’ingénieur surveillant doit être en mesure de bien gérer ce type de situations afin d’assurer l’exécution de son mandat.

Voici quelques parties qui peuvent vous y aider :

Acquérir le pouvoir de négociation

La surveillance de travaux implique des situations où des négociations entre les intervenants sont requises. L’ingénieur surveillant doit bien maîtriser ce processus qui comprend :

Pour bien assumer son rôle, le négociateur doit avoir les qualités suivantes : communiquer efficacement, être patient, savoir être ferme, avoir un bon esprit de synthèse, être prévoyant et bien gérer son stress. La négociation peut avoir une dimension volontaire, judiciaire, informelle, confidentielle ou autre. L’ingénieur surveillant doit être capable de bien défendre ses idées, de convaincre et de vendre ses propositions. Il est clair qu’il s’agit d’un type de communication plus complexe que les échanges professionnels habituels.