Publié en octobre 2015

Mis à jour en octobre 2018

Démarrage du projet

Au commencement du projet et de son mandat de surveillance des travaux, l’ingénieur doit accomplir plusieurs activités (voir la Figure 4 – Démarrage du projet) qui ont pour objectif d’établir le plan de travail et de surveillance des travaux de construction ou de fabrication.

Figure 4 - Démarrage du mandat de surveillance

 

Réception d’un mandat de surveillance

La planification de la surveillance se fait dès que l’ingénieur est mandaté pour surveiller et inspecter les travaux. Celui-ci doit :

De façon générale, la planification de la surveillance doit être en corrélation avec l’échéancier de l’entrepreneur. À partir de l’échéancier disponible, l’ingénieur surveillant élabore le plan de surveillance à appliquer au projet.

Revue des exigences contractuelles

Les exigences contractuelles définissent les obligations des parties aux contrats. Elles sont soit administratives, soit techniques. Elles doivent être revues et incorporées dans le plan de travail et de surveillance des travaux, puisqu’elles définissent les rôles et responsabilités des intervenants, la portée du mandat de surveillance ainsi que les exigences administratives et techniques.

Les exigences contractuelles administratives

Les exigences administratives englobent tous les renseignements non techniques que les documents contractuels exigent de la part des parties au contrat. Elles sont d’ordre général ou spécifique. Lorsqu’elles sont d’ordre général, elles se trouvent dans les conditions générales du devis; les exigences d’ordre spécifique se trouvent dans les sections techniques.

Pour l’ingénieur surveillant, il est important de bien connaître les exigences des documents contractuels, puisqu’il doit en exiger le respect pour les éléments relatifs à la surveillance. Comme ce n’est généralement pas lui qui les a imposées, une étude approfondie des documents contractuels permettra de connaître :

Les généralités

Ce thème désigne l’information générale utilisée pour le projet. S’y trouvent, entre autres :

Les documents à fournir

Ce thème semble simple, mais l’expérience démontre que les exigences l’accompagnant sont souvent non suivies.

Par exemple, on exige de l’entrepreneur qu’il soumette un calendrier des travaux indiquant l’avancement des diverses étapes du projet et la date d’achèvement des travaux. Dans ce même échéancier, l’entrepreneur doit inclure les dates pour les soumissions, les dessins d’atelier ainsi que la liste des matériaux et des échantillons. Dans ce cas, l’ingénieur surveillant doit s’assurer qu’un tel document, avec tout ce qu’il doit comprendre, est bel et bien livré. Procéder autrement laisserait entendre que l’on accepte une partie seulement de ce qui est demandé contractuellement. Habituellement, l’administrateur de contrat est l’interlocuteur désigné pour exiger de l’entrepreneur fautif les documents contractuels.

Les documents généralement exigés, et qui sont aussi requis pour la surveillance des travaux, sont :

Plusieurs autres documents qui ne sont pas directement requis pour la surveillance sont généralement exigés, entre autres :

Les documents indiqués doivent être mentionnés dans les exigences contractuelles de l’entrepreneur. Lors de la réalisation du contrat, l’ingénieur surveillant suit le processus de réception et d’approbation de ces documents selon le calendrier de soumission des documents prévu au contrat. Un retard dans la soumission de documents par l’entrepreneur ou dans l’approbation des documents peut avoir un impact sur la qualité des travaux, le calendrier de réalisation et les coûts du projet.

Les processus à suivre

Les processus à suivre définissent ce que l’on doit faire dans diverses situations : situations de routine, comme les demandes de paiements d’acompte, ou situations spéciales, comme les événements imprévus. L’ingénieur surveillant doit veiller à connaître, comprendre et suivre ces processus. Toute autre façon de faire créerait un nouveau processus qui pourrait devenir la norme pour le projet concerné.

Les exigences contractuelles techniques

Les exigences techniques se trouvent parfois sur les plans et généralement dans les devis techniques. Tout comme les exigences administratives, ce n’est généralement pas l’ingénieur surveillant qui les a imposées. Celui-ci doit donc faire une étude approfondie des documents contractuels qui les précisent, et ce, pour chacun des domaines dont il aura la responsabilité, afin de déterminer les éléments à surveiller. Pour ce faire, il devra :

Détermination des activités à accomplir pour la réalisation du mandat

La portée du mandat de surveillance des travaux et les exigences contractuelles servent à déterminer les activités que l’ingénieur surveillant doit planifier et inclure dans son plan de travail. Ces activités peuvent être :

Le mandat de surveillance doit également définir et détailler le type de surveillance qui est requis par le maître d'ouvrage, par exemple une surveillance complète des travaux, une surveillance partielle, limitée à certaines activités, une vérification finale des travaux ou une vérification limitée à la documentation soumise par l’entrepreneur. Dans le cas d’une surveillance limitée, les activités de construction à surveiller ainsi que la nature de la surveillance à effectuer doivent être précisées dans le mandat.

En fonction de la nature et de l’étendue de son mandat, l’ingénieur surveillant doit établir une liste des activités et points de contrôle, de même que la nature des contrôles à effectuer, ce qui peut comprendre :

La liste des tâches à accomplir et la complexité associée à ces tâches servent à désigner les ressources requises à la surveillance.

Élaboration (ou bonification) du plan de gestion de la qualité

L’ingénieur surveillant doit préparer (ou bonifier si requis) un plan de gestion de la qualité qui est spécifique au projet. Le plan peut contenir en partie des éléments du manuel d’assurance de la qualité de son entreprise.

Le document doit être conçu de façon à couvrir les points indiqués précédemment, à la section Plan de gestion de la qualité. La complexité et la mise en œuvre du plan de gestion de la qualité doivent être proportionnées à la dimension du projet à réaliser et aux risques que peut représenter un défaut de construction sur la sécurité du public, l’environnement et la durabilité de l’ouvrage.

Rencontre avec l’équipe de conception

La rencontre avec l’équipe de conception est une activité importante, puisqu’elle permet à l’ingénieur surveillant d’avoir une bonne compréhension des documents techniques et d’obtenir des informations essentielles qui vont orienter la planification de ses activités.

Cette rencontre permet, entre autres, d’informer l’ingénieur surveillant des particularités du projet, des activités de construction plus complexes ou des exigences en matière de normes, de matériaux ou de méthodes de construction qui ne sont pas usuels et qui peuvent requérir des inspections spécialisées.

La rencontre permet également d’identifier les éléments qui sont plus à risques, par exemple des éléments à construire qui ne sont pas habituels pour l’industrie ou qui font appel à de nouveaux matériaux.

Plus encore, la rencontre aide l’ingénieur surveillant à avoir une meilleure compréhension des documents de conception et des attentes de l’ingénieur concepteur. Elle facilite l’établissement d’un lien de communication entre l’ingénieur concepteur et l’ingénieur surveillant qui sera utile pendant toute la période de construction.

Identification des éléments critiques ou problématiques

L’identification des éléments critiques ou problématiques est une activité indispensable et cruciale qui permet de déterminer les activités qui requièrent une surveillance plus étroite et de quantifier l’intensité de la surveillance.

L’évaluation de la criticité a pour but d’évaluer les risques de défaut lors d’une activité de fabrication ou de construction, ainsi que l’impact de ce défaut sur l’ouvrage et les dommages qui peuvent en découler. Cette étape permet aussi d’évaluer les moyens de contrôle qui devront être appliqués pour réduire les risques.

Le processus d’évaluation de la criticité s’apparente au processus de l’analyse de risque, car la probabilité d’un défaut de fabrication, d’assemblage ou de construction et la conséquence de ce défaut y sont évaluées. Le résultat de la probabilité et de la conséquence d’un défaut vise à déterminer la surveillance à appliquer à une activité particulière.

Ainsi :

Enfin, la mesure de la criticité aide à déterminer le type d’intervention qui doit être appliqué à une activité de construction : revue finale seulement, revue de point d’arrêt et d’attestation de conformité, patrouille partielle, patrouille complète.

Organisation de l’équipe de surveillance

En fonction du mandat, de l’envergure du projet, du plan de surveillance et de l’échéancier des travaux, l’ingénieur surveillant établit les ressources humaines et matérielles requises pour la surveillance.

L’équipe de surveillance peut être composée d’ingénieurs et de non-ingénieurs (technologue, technicien, etc.). Certains mandats peuvent inclure des professionnels (ex. : arpenteur), des inspecteurs (ex. : de la soudure) et des services (laboratoire). Dans d’autres projets, les professionnels, les inspecteurs et les services font l’objet d’un mandat ou contrat distinct.

Afin d’organiser l’équipe de surveillance, l’ingénieur surveillant doit définir les rôles et les responsabilités de chacun de ses membres. Cette information devrait contenir :

Lorsqu’un membre de l’équipe de surveillance est un non-ingénieur, la direction et la supervision immédiates qui seront effectuées par l’ingénieur surveillant doivent être précisées.

Le choix du personnel qui travaillera sous la direction et la surveillance immédiates de l’ingénieur surveillant est très important. Celui-ci doit s’assurer que les personnes sélectionnées ont une connaissance et une expérience appropriées, dans le domaine visé, quant à l’interprétation des documents contractuels et qu’en cas de doute, elles le consulteront. Il doit, dans tous les cas, soutenir ses employés.

L’ingénieur surveillant doit aussi veiller à ce que tout l’effectif sous sa responsabilité n’outrepasse pas les tâches qui lui sont assignées. Il doit exiger d’être informé des interventions effectuées auprès de l’entrepreneur. Des rencontres hebdomadaires et régulières avec le personnel de surveillance sont d’excellentes occasions de constater la progression des travaux, de discuter des problèmes rencontrés (résolus ou non) par les membres de l’équipe, de repérer les problèmes potentiels, etc.

Présentation du plan de surveillance

Au début des travaux, une réunion est planifiée avec le maître d’ouvrage, les concepteurs (ingénieurs et autres professionnels), les représentants des laboratoires d’essai, l’entrepreneur et les autres professionnels, s’il y a lieu.

Cette réunion a pour but de présenter le plan de surveillance des travaux et de :