Publié en mai 2011

En résumé

Les thèmes de la section Gestion des équipes couvrent les différentes facettes des tâches et responsabilités du gestionnaire d’une équipe de travail. Les paragraphes ci-dessous soulignent des éléments à garder en tête.

L’encadrement de l’équipe de travail comprend les politiques et les directives, les horaires de travail à respecter, la structure hiérarchique et les descriptions de postes, les objectifs formels ou informels à respecter, l’évaluation du rendement, les conditions générales de travail ainsi que la politique salariale et de bonification.

L’importance de connaître la maturité professionnelle et personnelle permet au responsable d’équipe de constater les caractéristiques suivantes :

La définition d’objectifs par le responsable d’équipe fournit les balises qui permettent à chaque équipier de connaître les attentes à son égard et la performance individuelle attendue.

Pour assurer un traitement équitable, le responsable d’équipe s’assure qu’une personne qui travaille dans une organisation y demeure quand elle a la perception que sa rétribution (rémunération globale) est équitable par rapport à sa contribution (efforts intellectuels et autres) au milieu de travail. Cette personne recherche toujours un équilibre où son harmonie est en lien avec le niveau de productivité attendu par la direction.

Ainsi, une personne en équilibre peut être décrite comme une personne bien dans sa peau qui a confiance en l’organisation et qui trouve dans son milieu de travail les sources de motivation pour offrir un rendement de qualité.

Une personne en déséquilibre important aura tendance à être moins présente physiquement et intellectuellement, en retard sur ses échéanciers et habituellement revendicatrice, ouvertement ou non.

Le responsable d’équipe doit prendre tous les moyens nécessaires pour ne pas accentuer la perception de l’employé en déséquilibre, particulièrement dans la distribution du travail pour ne pas surcharger une personne par rapport à une autre. Il est reconnu qu’un responsable d’équipe va avoir tendance à surcharger l’employé performant et à donner moins de travail à l’employé considéré moins compétent. Le responsable, d’une façon consciente ou inconsciente, va agir ainsi pour se rassurer relativement à la qualité du produit attendu.

Le responsable d’équipe doit être un bon communicateur en appliquant l’écoute active, c.-à-d. en étant prêt à demander à ses collaborateurs de donner l’heure juste sur sa façon de communiquer. Un bon communicateur est un interlocuteur qui lui-même donne continuellement l’heure juste. Il pratique la véritable écoute, qui consiste à donner le temps à son interlocuteur de terminer ce qu’il a à dire avant de commencer à formuler sa réponse.

Le maintien d’un climat de travail de qualité implique que les relations interpersonnelles doivent évoluer dans un milieu sain et un climat de travail positif. De plus, ces relations doivent se faire alimenter par des sources de mobilisation où la majorité des membres de l’équipe a l’impression d’y trouver son compte.

Le climat et l’environnement de travail sont déterminants pour le bien-être et la productivité. Des conditions de travail non sécuritaires ou des pressions indues, une mauvaise définition des tâches et une imprécision des rôles affecteront probablement la santé des employés. Bien d’autres facteurs, qu’ils soient d’ordre social, personnel ou relevant du travail même, contribuent à détériorer la santé.

Les conflits dans une équipe de travail peuvent être bénéfiques dans la mesure où le responsable de l’équipe canalise positivement l’énergie qui s’en dégage pour permettre aux personnes impliquées d’en sortir gagnantes.

Des aspirations divergentes peuvent faire ressortir des idées nouvelles en vue de trouver de meilleures façons de faire et d’augmenter la productivité. Le responsable d’équipe doit donc utiliser sa créativité et ses qualités de communicateur pour rapprocher les personnes en conflit et trouver une solution gagnant-gagnant.