Publié en mai 2011

Mis à jour en décembre 2014

Gestion des risques

Dans cette section, vous verrez :

Les ingénieurs se retrouvent généralement au centre des développements technologiques et des applications de la science. Ils contribuent d’une façon significative à satisfaire les besoins de la population et à améliorer la qualité de vie.

Malheureusement, certaines de leurs réalisations ont résulté en des accidents et parfois en des sinistres ou catastrophes ayant eu un impact sur la santé et la sécurité ainsi que sur l’environnement et les actifs. Il suffit de mentionner quelques noms pour évoquer des accidents mémorables et déplorables : Tchernobyl, Three Miles Island, Columbia, Challenger, Bhopal, l’usine AZF de Toulouse, etc. Plus près de chez nous, l’effondrement des viaducs du Souvenir et de la Concorde, les inondations du Saguenay, le déraillement de Lac-Mégantic, l’explosion de l’usine de Neptune à Sherbrooke et l’interruption prolongée d’électricité due à la tempête de verglas sont des événements qui ont marqué notre histoire et modulé notre façon de gérer nos risques.

Les ingénieurs ne sont pas tous associés à la conception de projets grandioses à la fine pointe de la technologie. Certains œuvrent dans des domaines plus matures, souvent comme spécialistes techniques ou encore à titre de gestionnaires. Pourtant, toutes les phases de réalisation des activités professionnelles d’un ingénieur revêtent un potentiel d’accident : de l’étude de faisabilité à la mise au rebut en passant par la conception et le développement, la fabrication, l’installation et la mise en œuvre, l’exploitation et le soutien.

Plusieurs facteurs contribuent à la nécessité d’une gestion plus rigoureuse des risques. En voici quelques-uns :