Publié en mai 2011

Mise en situation

Un conflit empoisonné

Claude et Pierre travaillent ensemble depuis trois ans dans un bureau de génie-conseil et ils s’entendent relativement bien. Les activités professionnelles font que les méthodes de travail des ingénieurs sont périodiquement comparées et remises en question, ce qui crée des tensions.

Au cours du dernier mois, dans des réunions d’équipe, Pierre n’a émis que des remarques et des interventions blessantes ou très négatives qui alourdissent le climat. Claude ne veut pas se mêler de ce qui ne le regarde pas, mais il n’aime pas cette attitude et il lui en fait part. Pierre promet de faire attention.

À la réunion suivante, une prise de décision délicate fait réagir Pierre, qui s’en prend à Johanne sans ménagement concernant, selon lui, une erreur professionnelle. Il quitte la réunion en claquant la porte, après avoir insulté Yves et Rachel qui tentaient de défendre Johanne.

Claude suit Pierre dans le couloir et lui demande une rencontre immédiate. Celui-ci hésite, puis accepte en pensant qu’il va démontrer qu’il a raison au sujet de l’incompétence de Johanne. Claude fait part à Pierre de sa déception en lui disant que la situation s’est reproduite alors qu’il devait faire attention, et qu’il ne peut pas compter sur lui. Pierre ne semble pas comprendre ce qui se passe : il affirme qu’il n’avait pas le choix et que les gens ont eu ce qu’ils méritaient. Claude déplore le fait qu’il aura à ramasser les pots cassés et que ce sera difficile à l’avenir d’obtenir la collaboration des autres employés. Pierre minimise la situation, ce qui irrite davantage Claude. En colère, celui-ci est incapable de travailler le reste de la journée. Il se demande s’il ne laissera pas tomber Pierre, qui mériterait bien que tout le monde en fasse autant.

Le risque de transformer le conflit en affrontement

Pour créer un affrontement et rendre la situation encore plus difficile, Claude peut agir ainsi : il fait la remarque à Pierre que c’était une fois de trop, qu’il en a plein le dos de son attitude et que, dorénavant, il ne tolérera plus des situations semblables. Il lui demande sa collaboration pour améliorer le climat de travail avec les collègues et le prévient que s’il n’est pas capable de s’améliorer, ils n’auront plus rien à faire ensemble. Claude sort en claquant la porte.

L’occasion d’améliorer la situation

Pour améliorer la situation, Claude peut agir ainsi : une heure après l’événement, il rejoint Pierre dans son bureau, avec deux cafés, et s’assoit en face de lui. Claude explique à Pierre comment il se sent et comment il interprète la situation. Il lui fait part du fait qu’il a besoin de comprendre la perception de Pierre au sujet de ce qui s’est passé afin qu’ils trouvent ensemble une solution, dans un climat de respect mutuel et de compréhension réciproque. Claude demande à Pierre s’il se sent prêt pour cet exercice. Pierre lui demande un peu de temps pour réfléchir et ramasser ses idées, car il se sent fatigué. Claude lui fixe alors un rendez-vous pour déjeuner le lendemain matin et obtient l’accord de Pierre.